Nuit, Chère Compagne,

Nuit, chère compagne,

Sous ton manteau sombre, certain te trouves terrifiante. N’aie pas peur de revêtir ce long voile : tu es l’une des plus belles inspirations.

Nuit, chère compagne, tu offres au monde un silence apaisant que le jour ne nous comble pas, une extase lointaine, venue aux confins du cosmos, dont tu revêts si bien les couleurs. N’aie pas peur de faire briller tes mille yeux dans le firmament, cela te rend encore plus attrayante.

Nuit, chère compagne, tu donnes le pouvoir d’ouvrir nos cœurs. Sous ta chevelure de jais, tu embrasses les rêveurs, ceux qui tombent et se relèvent, les amoureux de la plénitude et de l’obscurité. Les yeux fermés ou ouverts, nous planons en ton sein, froid et réconfortant. Ton parfum se mêle aux plus belles confidences que l’on couche aisément sur le papier. Accompagné d’un feu allumé ou simplement une bougie, ton souffle envoûterait n’importe quel être hermétique à ta beauté.

Nuit, chère compagne, ne te laisse pas disparaître sous la lumière incandescente du soleil. Tu rayonnes bien plus que tu ne peux l’imaginer. Accueillant les spectres et les insomniaques, tu laisses les disparus réapparaître dans un dôme invisible et bienveillant.

Nuit, chère compagne, j’ai laissé pleuvoir en mon être une nuée de magie, un pan de ton univers que tu as morcelé. S’il te plait, recueille les artistes et les blessés dans ton drap voluptueux, le temps de vagabonder au-dessus des nuages.

Juliette des Editions du Sidh

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Votre panier
0
×